Zoom sur l’hypnose face à l’abus de substances.

Écrit par Mathieu Boileau

Je suis hypnothérapeute basé à Boulogne-Billancourt. Je vous aide à arrêter le tabac, à perdre du poids ou à vaincre votre stress grâce à l'hypnose.

9 septembre 2021

L’abus de substances peut concerner plusieurs types de produits, incluant les médicaments, les drogues ou encore l’alcool. Naissant suite à une première prise dont nous ne mesurons pas la gravité, ce phénomène a tendance à s’amplifier rapidement chez les individus présentant un terrain propice. Or, les causes étant bien souvent de nature psychologique, l’hypnose apparaît comme une solution efficace contre l’abus de substances !

L’abus de substances en bref.

Quelques chiffres.

Une partie importante de la population est exposée aux substances, même si cela n’aboutit la plupart du temps pas à des situations d’abus. Cela dit, il faut avoir conscience que, selon le Baromètre de la Santé de 2010, 5 millions de Français consommaient de l’alcool chaque jour, tandis que 550 000 personnes étaient à cette époque des consommateurs quotidiens de cannabis. Finalement, 36% des individus questionnés avaient pris des médicaments psychotropes au moins une fois dans leur vie. Autant dire que les risques de plonger dans l’abus existent, dans la mesure où les taux d’exposition à ces substances sont importants.

Expliquer l’abus de substances.

Certains estiment que l’abus de substance est simplement lié à un manque de volonté, ce qui est une erreur. En effet, la complexité du sujet est bien plus grande, touchant à une part chimique dans nos façons de fonctionner.

Il faut donc se pencher sur ce que l’on appelle le système de récompense, assuré par l’hormone de la dopamine. Cette dopamine déclenche un bien-être important à la prise d’une substance, et plus l’habitude s’inscrit dans nos vies, plus sa sécrétion diminue. Comme vous l’aurez deviné, cela mène à l’abus de substances, une plus grande quantité étant nécessaire pour ressentir le même plaisir qu’en début de processus. Bien sûr, une fois enclenché, cet engrenage est sans pitié envers les individus qui s’y sont engouffrés !

Conséquences de l’abus de substances.

L’abus de substances, par définition et d’un point de vue médical, se caractérise non seulement par un comportement mais aussi par les effets que cela induit. On peut noter des impacts majeurs sur la vie du sujet, à savoir :

  • l’incapacité de répondre à ses obligations, tant à l’école qu’au travail. Le sujet peut se faire licencier, faire preuve d’absentéisme, être renvoyé temporairement de son établissement, voir ses performances grandement amoindries…
  • la perturbation des relations sociales, que ce soit envers sa famille, ses amis ou ses collègues, allant jusqu’à détruire des couples et à briser des liens,
  • l’impossibilité de cesser les prises de substances, malgré un certain degré de conscience de la situation et de ses impacts,
  • la survenue de situations dangereuses. Parmi elles, soulignons par exemple la conduite en état d’ivresse ou encore les accès de violence,
  • l’apparition de sautes d’humeur,
  • la naissance de maladies. Selon les substances en question, les organes peuvent être attaqués. Par exemple, si l’alcool s’en prend directement au foie, certains médicaments peuvent avoir des effets hallucinogènes néfastes.

L’hypnose, une alliée face aux abus de substances.

Des causes qui se traitent par l’hypnose.

Les causes de l’abus de substances existent et s’expliquent. Et contrairement à des raccourcis bien trop répandus évoquant un simple manque de volonté ou un désir de jouissance, se cachent des racines nettement plus profondes, que vous en ayez conscience ou non.

En effet, si une part des risques peut être attribuée à l’éducation, à l’environnement dans lequel le sujet grandit, ou à l’influence des cercles d’amis, ce n’est toutefois pas tout.

D’autres facteurs, plus pernicieux, sont souvent bien présents. Relevons par exemple :

  • Un traumatisme. Que ce soit suit à un accident, à un deuil, à une rupture ou à un grand bouleversement dans votre existence, la propension à tomber dans l’abus de substances peut en être accentuée.
  • La discrimination. Le rejet est un sentiment très complexe à gérer, dans la mesure où la personne en question semble ne pas pouvoir trouver sa place là où elle est. Et malheureusement, l’abus de substances peut permettre d’oublier ce mal-être.
  • La dépression ou l’angoisse. Quand le moral est au plus bas et que les préoccupations sont nombreuses, nous avons tendance à vouloir nous rassurer ou à nous déconnecter du quotidien. Et pour certains, la drogue ou l’alcool sont, en surface, une solution inhibant ces sentiments.

L’hypnose et l’abus de substances.

Si vous vous demandez pourquoi choisir l’hypnothérapie contre l’abus de substances, alors c’est que vous sous-estimez la part de responsabilité de votre inconscient dans votre état. Par le biais de quelques séances 100% personnalisées, je me propose en effet de miser sur la suggestion, dans le but de modifier les perceptions inconscientes qui vous relient aux substances. D’un sentiment de bien-être passager, un sentiment de dégoût peut alors venir vous freiner dans votre élan de consommation. C’est exactement sur ce principe naturel et sans effets secondaires que je mise, pour vous aider à retrouver le cours paisible de votre existence !

Alors si l’abus de substances vous mène la vie dure, ne perdez pas espoir. Venez simplement à mon cabinet d’hypnose proche de Paris, pour que nous puissions échanger par rapport à votre vie et à vos objectifs. Car oui, il y a une lumière au bout du tunnel !

Vous pourriez aussi aimer…